mardi 21 octobre 2008

Les sifflés de la Marseillaise (bis)

Je joins ici cette réponse de mon ami d'enfance Hervé. Il m'a envoyé ce message en réponse à mon post "Ils ont sifflé la Marseillaise". Avec son autorisation, je tenais à mettre ce message bien en avant parce que je le trouve éclairant et plein d'intelligence. Et surtout il parle avec l'expérience et le vécu, c'est un vrai témoignage. Merci Hervé.

Laurent!

Eh bien, quelle pamplet contre notre système français!

Je suis d'ac avec toi ! On parle beaucoup d'intégration mais se pose t-on la question pourquoi tous ces jeunes la sifflent?
Les pouvoirs publics ne se demandent-ils pas pourquoi tous ces évenenements subviennent?
Laurent, tu ne m'as encore répondu sur la crise économique mais concernant ce sujet, voilà ce que j'en pense!
Les politiques veulent supprimer des matches si l'hymne n'est pas respectée ! Je respecte l'hymne même si je regrette que ses paroles soient à ce point sanglantes. Cependant ces même politiques qui condamnent ces jeunes ont la mémoire courte!
Ils oublient qu'ils ont colonisé tous ces pays dont sont issus ces jeunes (avec tortures, massacres, viols pendant le guerre d'algérie) et que contrairement à l'Allemagne, le France n'a pas totalement accepté cet état de fait et n'a pas présenté ses excuses aux pays colonisés!
Ils oublient que lors de la première guerre mondiale, des tirailleurs sénégalais, des algériens, marocains, tunisiens ont donné leurs sangs en tant que soldats pour que nous puissions vivre libres!
Ils oublient que c'est leurs parents pendant les 30 glorieuses, que l'on est venu chercher pour exécuter des travaux de terrassement, balayer les belles rues de nos grandes villes françaises, habiter dans des "cages à poules" avec amiante bref faire les basses besognes que ne voulaient pas faire les français!
Ces personnes issus de l'immigration qui ont souffert ont transmis leurs souffrance à leur enfants qui reprennent le combat à leur façon dans la lutte pour l'acceptation de leur différence.
Oui, les actions sont condamnables : incendies de voitures, insultes, sifflets de la marseillaise mais c'est leurs seuls moyens de se faire entendre!
Mais que s'est-il passé lors du premier tour des présidentiels 2002?
L'ogre Le Pen a battu Jospin ! Je trouve cela hautement plus grave!
La vérité, Laurent, c'est que contrairement aux Etats-Unis où peut-être un noir ou un métis sera président de la plus riche nation du monde, en France nous ne sommes pas prêt de voir ne serait-ce qu'un maire d'une grande ville de couleur!
Il y a dans dans ce pays une monarchie qui perdure depuis des siècles et l'arrivée de Sarko au pouvoir ne fait pas exception!
Oui, tout comme toi, je suis citoyen du monde.
Je suis un peu parti à l'étranger et j'ai beaucoup appris de mes voyages notamment de mon pays pays d'origine, l'Inde.
Je suis d'avis que notre richesse intérieure ne se fera qu'au contact de personnes différentes de nous tant par la pensée, philosophie, la culture, la langue, la religion.
Tu vois, j'ai des voisins algériens, eh bien pendant le Ramadan, un a frappé à la pote et m'a donné un tiramisu, un autre des cuisses de poulet, je la semoule de couscous, des gâteaux.En contre-partie, je leur ai achté des gâteaux indiens et ils ont apprécié.
Lorsque je descend à Toulouse pour voir ma famille, leurs voisins se barricadent entre quatre murs, ils disent à mes parents seulement bonjour, ils restent entre-eux, ils ne se mélangent pas et cela dure depuis des années!
Et on parle d'intégration!Quant le société française rejette au maximum des jeunes qui veulent s'en sortir.
Laurent, je suis français d'origine indienne, je pense m'exprimer correctement en français, je m'intéresse à la culture, les arts, bref j'essaie de m'intégrer!
Qu'ai-je eu en échange ?15 ans de cdds ou de contrats minables mais jamais de cdi!
Alors, Laurent, lorsqu'un ami de Paris me dis que je suis français, non indien, je m'interroge.......Les autres français issus de l'immigration se rapprochent encore plus de leurs cultures d'origine....et rachida dati s'habille en Channel........et a un bébé de........

Hervé

16 commentaires:

fan de pelotari a dit…

C'est reducteur que de penser que les jeunes qui sifflent la marseillaise ou qui brulent des voitures sont seulement des jeunes issus de l immigration.Ce sont surtout des jeunes qui en ont marre qu on les prennent pour des cons tout simplement,marre de bosser comme des malades pour des smics et des cdd.Des jeunes en souffrance dans un pays qui va mal ...

Titophe a dit…

Bonjour. Je pense que ces sifflements sont le cri du désespoir, même si je peux choquer en disant celà. J'ai bien réfléchi à ce phénomène, et il me parait évident que si ces personnes pouvaient faire leur cet hymne, les comportements seraient bien différents. C'est ce que je tente d'expliquer dans mon billet de ce jour ( http://colonisation.blogspot.com/2008/10/166-quand-on-siffle-la-marseillaise.html )

Bonne journée
Titophe

jenofa a dit…

PERSIFLOTAGES


Comme un cuicui tout cru, tout nu
Comme un gros zoizeau
Comme un corbeau affamé
Comme un merle moqueur
Comme un moineau effronté
Commue un rouge-gorge révolté
Je sifflerai au dessus des stades
Les Marseillaises bouchères
Ces hymnes réactionnaires.
Comme un pioupiou revigoré
Je chanterai avec l'enfant de GENTIOUX*
"Que maudite soit la guerre..." **


Marc POMMIER

jenofa a dit…

Titophe,
Pourquoi ces personnes devraient-elles faire un hymne?
Pourquoi faut-il des hymnes, non d'une brouette à moteur solaire!
Je n'ai jamais compris et je ne comprendrai jamais.
Je suis définitivement conne, comme dirait Brigitte Fontaine.

Lurbeltz a dit…

Ba un hymne, pourquoi pas ? Mais un hymne pour exprimer alors notre amour pour les humains, pour la nature toute entière. L'hymne européen il est pas mal non ? Quandj'entends ça je me dis qu'on peut foutre la Marseillaise à la poubelle. Et je crois que cet hymne ne trouvera pas d'amateurs dans les matchs de foot.

Hymne à la joie (Hymne Européen)
Paroles: Schiller, Fr: J.Folliet. Musique: Ludwig Van Beethoven

Joie discrète, humble et fidèle
Qui murmure dans les eaux
Dans le froissement des ailes
Et les hymnes des oiseaux.
Joie qui vibre dans les feuilles
Dans les prés et les moissons
Nos âmes blanches t'accueillent
Par de naïves chansons.

Tous les hommes de la terre
Veulent se donner la main
Vivre et s'entraider en frères
Pour un plus beau lendemain,
Plus de haine, plus de frontière,
Plus de charniers sur nos chemins
Nous voulons d'une âme fière
Nous forger un grand destin

Que les peuples se rassemblent
Dans une éternelle foi
Que les hommes se rassemblent
Dans l'égalité des droits.
Nous pourrons tous vivre ensemble
La charité nous unira
Que pas un de nous ne tremble
La fraternité viendra.

Joie immense, joie profonde,
Ombre vivante de Dieu
Abats-toi sur notre monde
Comme un aigle vient des cieux.
Enserre dans ton étreinte
La tremblante humanité
Que s'évapore la crainte
Que naisse la liberté

Joie énorme, joie terrible
Du sacrifice total
Toi qui domptes l'impossible,
Et maîtrises le fatal ;
Joie sauvage, âpre et farouche,
Cavalière de la mort,
Nous soufflons à pleine bouche
Dans l'ivoire de ton cor.

Joie qui monte et déborde,
Tu veux nos cœurs ? les voilà.
Et nos âmes sont les cordes,
Où ton archet passera
Que ton rythme nous emporte
Aux splendeurs de l'Eternel
Comme un vol de feuilles mortes,
Que l'orage entraîne au ciel.

Titophe a dit…

Jenofa, un hymne est tout simplement rassembleur. C'est le symbole de l'inclusion car il se chante ensemble. Dans la vie, les symboles ont une importance car ils la ponctuent d'évènements forts. Ainsi, tant que des millions de francais seront exclus par un plus grand nombre de millions d'autres francais, tout symbole d'inclusion devient hypocrite (quel que soit l'hymne, et je suis d'accord que le notre est trop guerrier).

Lurbeltz a dit…

Cohn Bendit dans LE MONDE du 20.10.08

"Certains proposent qu'on arrête de jouer l'hymne national pour les matchs amicaux. C'est une bonne idée. Pourquoi ne pas envisager aussi des matchs internationaux sans hymne national ? Pourquoi ne pas faire une belle musique pour tout le monde ?"

jenofa a dit…

Oui, Titophe, c'est un symbole d'inclusion dans un groupe, donc, d'exclusion d'un autre, des autres groupes. Et c'est le symbole d'une nation, avec tout ce que le mot nation, quand on le décline en nationalisme, implique de volonté de "grandeur" et de puissance. Les hymnes nationaux sont donc des pousse au crime, même quand ils sont moins guerriers et sanguinaires que cette horrible Marseillaise.
Lurbeltz a raison, pourquoi, s'il faut vraiment s'époumoner avant un match, ne pas choisir le même chant pour tout le monde, mais sans Dieu, la mort, le sacrifice et toutes ces horreurs qui parsèment, hélas, Lurbeltz,l'hymne européen.

A 18 ans, je chantais cette chanson du père Maxime et je continue:

Chanter au pas me fait du mal.
Je n'ai pas appris la musique
Pour accompagner l'arsenal.

Je cherche un hymne national
Qui fait que le soldat claudique
Et danse enfin le général.

Que sur ce thème musical
Essaie de défiler la clique
Et ce serait original

Et je ne serai matinal
Au jour de Sainte Republique
Que si me chante un caporal :

"Contre nous de la tyrannie
Qui emprisonne la mesure,
Qui tient en laisse l'harmonie
Et met du plomb dans nos chaussures."

Si tu n'avais, Rouget de Lisle,
Pas été au plus facile
Dans le domaine musical,
On verrait, autour des missiles,
Danser des généraux graciles
En grand habit de Carnaval.

Sur ta bouche je te baise,
Mon beau fusil d' amour.
On verrait l'armée française
Enfin sous son vrai jour.

N'allez pas voir une banale
Revendication politique
En faveur du rythme bancal.

Je cherche une internationale
Tout aussi bien et ma critique
Est uniquement musicale.

Je dis, si la lutte est finale
Et militaire la rythmique,
Que cet hymne est anormal.

Je dis au nom de la morale
De ne pas brimer l'érotique
En suivant le rouge fanal.

Groupons-nous dès demain matin
Pour la libération des rondes
Et dès le Grand Soir au matin,
On pourra voir danser le monde.

Si tu avais, mon pauve Eugène,
Su qu'une mesure pleine
A parfois plus de quatre temps,
De la Nation à la Bastille
Danserait toute la famille,
Toute la nuit et pour longtemps.

Si le rythme de la fête
S'en emparait un peu,
La matraque sur nos têtes
Sonnerait bien mieux.

Chanter au pas me fait du mal.
Je n'ai pas appris la musique
Pour accompagner l'arsenal.

Je cherche un hymne national
Qui fait que le soldat claudique
Et danse enfin le général.

En attendant d'avoir trouvé
Encore plus gai que la sardane
Pour égayer le défilé,

Je peux toujours vous conseiller
L'emploi de la peau de banane
Et j'en connais qui vont danser,

Je peux toujours vous conseiller
L'emploi de la peau de banane
Et j'en connais qui vont danser.

floriane a dit…

bonjour laurent mon sujet ne concerne pas les sifflements de la marseillaise au stade mais il s'agit d'un texte de six pages proche des évènements face à la crise actuelle...
par cet article je cherche à dénoncer les agissements de certains marchands de misère,et j'ai pensé que ça pouvait t'interesser si t ok merci sinon pas grave je continuerai à te lire
floriane

Lurbeltz a dit…

Oui, tu peux me l'envoyer. Ça me ferait plaisir de lire ça.
Mon mail : l.caudine@wanadoo.fr

Lurbeltz a dit…

Concernant l'hymne à la joie, Jenofa. C'est juste l'avant dernier couplet qui parle de sacrifice et de la mort. Par rapport au sacrifice effectivement, je ne vois pas ce qu'à voulu dire le poète. Il parle de "sacrifice total". Quel sacrifice ?
Pour le reste, "Joie sauvage, âpre et farouche,Cavalière de la mort,
Nous soufflons à pleine bouche
Dans l'ivoire de ton cor.", je vois là une tentative,par la joie de dépasser (chevaucher) la fatalité qui est la mort. Et je trouve ça assez bien. Le mot "mort"est entaché de peur et de crainte. On préfère entendre le mot "vie" mais bon ça n'enlève rien au fait que la mort est aussi naturelle que la vie.
Je voudrais dire que je suis croyant et que le mot "dieu", "mort" etc, ne me font pas peur. J'écoutais une émission sur Hugo (que je vénère) hier sur France Culture. Ils racontaient qu'Hugo était croyant mais pas clérical. Je crois que c'est mon cas. Même si on peut gloser sur les mots en parlant plutôt d'agnoticisme.
Bon mais je suis or sujet totalement.

Titophe a dit…

Mon propos, Jenofa, n'est absolument pas de défendre la Marseillaise ni même un nationalisme quelconque! Non, je dis simplement que la Marseillaise n'a pas été sifflée pour ses paroles, mais simplement parce qu'elle symbolise une nation et donc des citoyens qui rejettent quotidiennement et silencieusement d'autres citoyens. C'est tout ce que je dénonce depuis 3 ans sur mon blog Racisme et Histoire

jenofa a dit…

Bien sur, Titophe, nous sommes bien d'accord.
Et c'est bien en cela qu'avant de tirer à boulets rouges sur les siffleurs, nos "responsables" (!?), feraient mieux de remonter le cours de l'histoire et d'interroger leur, notre inconscient collectif.
Mais au delà, je me consume d'impatience depuis bien des années que le raisonnement, le questionnement surtout des contestaires de tout poil ne s'arrêtent pas au symbole d'une seule nation
ou d'un seul système politique.Creuser la notion de non-puissance que développait Jacques Ellul, face à au désir de puissance qui habite l'être humain, me semblerait plus pertinent. Qu'ils s'interrogent aussi sur le rôle de la mise en scène du sport dans les manipulations des foules ferait aussi bigrement avancer le schmilblick.
C'est en gros ce que j'ai voulu dire, de manière sans doute extrêmement maladroite mais totalement personnelle et vibrante dans le dernier article de mon blog.
Lurbeltz, tu es peut-être de la famille des chrétiens libertaires, comme Bernard Clavel ou Eric Pététin.

Lurbeltz a dit…

Oui ou Jacques Ellul aussi justement qui était croyant protestant.

jenofa a dit…

Et Théodore Monod!

laurent a dit…

CHRéTIEN LIBERTAIRE ?

j'en suis !

un autre Laurent !

un seul hymne : la fraternisation universelle