mercredi 2 juillet 2008

Liberté, le journal qui prend des libertés

La section locale du PCF a publié dernièrement dans le N°71 (juin 2008) de son journal Liberté, (le journal de la section de Mauléon du PCF) le conte d'Olivier Clerc. Vous savez, ce conte qui raconte l'histoire de la grenouille qui se retrouve dans une marmite qui chauffe petit à petit (voir ci-dessous le texte intégral). Ce petit conte étaye des arguments de Régis Carbonne, assez recevables finalement, visant à tordre le cou de la réforme sur les retraites du gouvernement Sarkozy.
Mais bizarrement, il y a des différences notables entre le texte original et la version de Régis Carbonne. En effet, ce dernier a pris quelques libertés avec le texte original. Tout d'abord il s'est permis de reprendre à son compte des éléments du texte original, en enlevant les guillemets et les italiques, ben tiens ! Mais surtout il a fait quelques modifications. Ben retiens ! Et pourquoi pas des améliorations ? Je donne un exemple avec ce paragraphe : Vous trouverez en rouge et en gras, les parties qui ont été purement et simplement enlevées du texte original ! Et je ne parle pas des choses qui ont été rajoutées.
"AU NOM DU PROGRÈS et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies."
Est-ce un hasard si les concepts d'intégrité de la nature et de beauté ont été supprimés par ces gauchistes du temps jadis ? Je dirais que non, car il ne faut pas être grand (Olivier) clerc (Ah ! Ah !) pour comprendre que Labadot et consorts ont quelques difficultés avec des notions telles que la nature et l'écologie. Ils ont du mal à prendre pied dans cette société contemporaine et prendre en compte les changements qui ont eu lieu depuis, disons, la seconde guerre mondiale, je dirais, la fin de la guerre froide (et je ne remonterai pas jusqu'aux grifouillages de Cro-Magnon IV dans les bas fonds d'Altamira, pour ne pas leur faire de peine). Ils ont du mal à prendre en compte le fait que l'écologie devra, demain, devenir une donnée fondamentale dans la discussion politique. Mais tout de même, en être au point de modifier un texte qui appartient à la littérature... C'est gonflé ! En être au point de biffer les références au respect de la nature et au bonheur, qui ne gênaient personne, quel culot !
Je conseille à Loulou Labadot et Regis Carbonne de lire le livre d'Hervé Kempf, "comment les riches détruisent la planète", dans lequel il explique, en substance, qu'il est grand temps que la gauche se réapproprie sérieusement l'écologie et que cette écologie devra irrémédiablement s'allier au social, demain, si on ne veut pas aller à la catastrophe. Plus ils tarderont, plus ils passeront pour de joyeux has been, de tristes archaïques cromagnoneux.
Pour conclure, reste plus qu'à faire l'inventaire de tous ces autres textes pas très aboutis (pour un futur numéro du journal Liberté) qui penchent tout de même un peu trop vers l'écologie et le naturalisme genre "l'homme qui plantait des arbres" de Giono, "la lettre à l'éléphant" de Romain Gary ou quelques poèmes de Victor-Hugo un peu surfaits qu'il conviendrait de revoir sous le prisme de la vision des thèses Marxiste-léniniste.


Olivier CLERC écrivain et philosophe, a envoyé un petit conte d'une grande richesse d'enseignement.

Il s'agit du principe de la grenouille chauffée :
Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.
Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement.
Elle est bientôt tiède.
La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
- La température continue à grimper.
L'eau est maintenant chaude.
C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s'affole pas pour autant.
- L'eau est cette fois vraiment chaude.
La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.
- La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.
- Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite.
Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte .
- Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.
Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à ce jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

AU NOM DU PROGRÈS et de la science, les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.
Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.
Le GAVAGE PERMANENT d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses...
Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain.
Là, C'EST POUR AUJOURD'HUI.
Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.

Merci de diffuser largement.
SOMMES NOUS DEJA A MOITIÉ ' CUITS ' ?

http://www.olivierclerc.com/

17 commentaires:

jenofa a dit…

Ben décidément!
Ces grenouilles!
Dis, Lurbeltz, rassure-moi: On n'est pas en train de créer la secte des adorateurs de grenouilles, sans s'en rendre compte?

Lurbeltz a dit…

Eh ! Il y pire en matière de secte. La secte des grenouilles vertes, je prends.

Etienne H. BOYER a dit…

Tu sais que ce conte, sans le connaître, j'avais écrit un pamphlet (avec une histoire comparable) à la grande époque de GEMA WM.

Il a été publié sur une édition d'Astapito... (celui où il y a le dessin avec l'ancien maire chez Etchola, qui doit demander à Robert Perez pour le choix du dessert...)

Anonyme a dit…

Des grenouilles ? Y a quelqu'un pour un tennis ?

pelotari a dit…

moi plutot pour une pala...

pelotari a dit…

on est le 2 juillet et 20h47 et rien sur bétancourt???????
tu faiblit laurent

Etienne H. BOYER a dit…

Le mercredi 2 juillet (la semaine dernière, donc), sortait -en page Soule sur la République des Pyrénées, écrit par Jean-Louis Belhartz- un article fleuve intitulé "un observatoire municipal".
Ce texte en 4 colonnes, avec une chouette photo en rang d'oignons est en fait une énorme pub pour Union Citoyenne. Mais bon, passons...
Moi ce qui m'intéresse, ce sont quelques phrases tirées du contexte :

- D'abord, on y apprend que UC est "fière de ses 47% aux municipales". Par contre, on s'aperçoit bien vite qu'elle n'a tiré aucune leçon personnelle suite au "gâchis des élections".

- Ensuite, qu'elle a décidé de continuer le combat sous le nom de GRUC (ça m'a fait marrer, et surtout ça m'a donné plein d'idées de dessins...), pour Groupe de Réflexion d'Union Citoyenne...

- là où ça devient intéressant (cela semble s'adresser directement à certaines personnes qui se sont -semble t-il- acharnées sur le gourou communiste pendant les dernières élections), c'est lorsque le correspondant local de presse fait dire à Louis Labadot "Nous gardons le cap et ne tomberons pas dans le piège des attaques personnelles qui ne déshonorent que leurs auteurs..."

- Plus loin, le correspondant local de presse s'appesantit davantage sur le malheure du leader communiste souletin, en reprenant les paroles de Régis Claverie : "si le but des attaques sur la vie professionnelle, militante, et privée de Louis Labadot était de faire mal, cela avait marché!"

Bien sûr, les vilains calomniateurs ne sont pas nommément cités, donc la contre-attaque médiatique habile d'Union Citoyenne ne peut donner suite à des poursuites, ou un simple rectificatif.

La suite sur mon blog...

Etienne H. BOYER a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Etienne H. BOYER a dit…

Finalement, j'ai changé d'avis. Je publierai ce pamphlet le 14 juillet à minuit! Ce sera mon petit feu d'artifice à moi!
;-)

regis claverie a dit…

lorqu'on parlait d'attaques personnelles on pensait aux mensonges colportés par certains membres de "agir ensemble pour mauléon."

Lurbeltz a dit…

Je profite de ton passage Regis, pour te poser quelques questions.
Crois-tu pouvoir faire changer Louis Labadot dans certains domaines comme l'écologie et la langue basque ?
Votre programme des municipales était vide de ces deux domaines. Ta présence aurait dü, au moins, profiter à l'euskara et au Pays-Basque... A part la gratuité à la gau eskola il n'y avait strictement rien.
A Alkarkide, nous avions un vrai projet pour de vrai changement en profondeur.
Sais-tu que de l'extérieur, ton identité d'Abertzale est complètement gommé ? Je ne vois en toi, maintenant qu'un porte parole de Louis Labadot.
J'ai démissionné en 2005 pour cette raison. J'en avais marre de ne pas être reconnu par Labadot et de devoir toujours suivre le mouvement, se retrouver couvert constamment pas sa voie de stentor du grand chef et n'être jamais entendu.
Toi dès le début du mandat, tu passes déjà pour un dévoué du grand chef. En fait tu ne dois pas être vraiment abertzale pour avaler autant de couleuvres sans broncher.

Etienne H. BOYER a dit…

regis claverie a dit...
"lorqu'on parlait d'attaques personnelles on pensait aux mensonges colportés par certains membres de "agir ensemble pour mauléon.""
9 juillet 2008 11:17

Ah, ça change tout... Peut-être aurait-il fallu le faire préciser à mon ex-confrère...
Il va donc falloir que je garde ce pamphlet au frais pour une autre occasion, alors? Grmblll...

Je suis cependant très surpris que certains membres d'AEPM se livrent à des attaques personnelles sur Louis Labadot.
Je ne dis pas que c'est impossible, hein? Je dis juste que maintenant qu'ils sont élus, seuls au pouvoir et sans opposition au conseil municipal pour freiner leurs décisions, ils n'ont strictement aucun intérêt à balancer sur lui. (D'autant qu'ils n'ont JAMAIS rien répondu aux attaques lancées par UC et Alkarkide à leur encontre pendant la campagne électorale!)
Ce n'est pas leur genre de piétiner un adversaire à terre...

Et connaissant Michel Etchebest (pour l'avoir eu comme patron pendant 4 ans), je peux te dire qu'il sait tenir ses troupes... Même s'il n'y a pas réellement de lien de subordination formel (comme il y en a entre un patron et ses employés), entre lui et ses colistiers.

regis claverie a dit…

oui certains membres de cette liste ont osé les attaques personnelles contre Mr Labadot et ce durant la campagne électorale(porte à porte).Mais bon je ne pense pas que cela ait eu une incidence sur le résultat des élections...mais sur le moral de nos troupes plus que vous ne le pensez....Quant à savoir qui est le plus abertzale des abertzale de celui qui est le plus abertzale...chacun pense ce qu'il veut et fait l'analyse qu'il veut à mon sujet mais parler c'est bien par contre pour bosser politique à la derniére réunion d'AB à Mauléon on était 6 , pas plus...c'est çà qui est plus inquiétant...

Etienne H. BOYER a dit…

Bah, après, tu sais, les gens parlent à Mauléon. Quand tu les écoutes, la liste Alkarkide, constituée de bric et de broc à la dernière heure n'avait aucune chance. Mais ils disent aussi qu'UC n'était pas une liste "crédible".
Perso, je pense qu'on a raté une bonne occasion de faire front avec une vraie gauche unie, et cela à cause de conflits de personnes... Pour moi, il est évident que tant que ces mêmes personnes seront "aux manettes", de part et d'autres des partis, ça partira en couilles.

Ce qui ne veut pas dire que je veuille être "aux manettes", hein?
pour le moment, ça me passe laaaaaargement au dessus de la tête, ce genre de considérations...

Lurbeltz a dit…

Ba moi ce qui me surprend le plus, c'est qu'àprès 30 de militantisme on s'attache à des attaques même dites "personnelles". Et puis c'est quoi une attaque personnelle ? Si c'est une attaque personnelle sur la famille, sur le physique, je comprends. Mais une attaque politique à l'endroit d'une personne, même très dure, ne me choque pas. C'est comme un match de boxe... On va pas voir un type en plein match de boxe gueuler et dire : "mais tu m'as tapé ?". Bien entendu quand on est un benet en politique comme Michel Etchebest qui est au royaume des anges ou tout doit être propre et rien ne doit dépasser en politique, c'est différent... Mais Loulou !
Par contre pour répondre à ce que tu disais Etienne, la liste Alkarkide a montré, contrairement à ce que tu dis, que nous avons évolué. Nous, nous n'avons pas mis la sempiternelle tête d'affiche. On a pris le risque du renouveau en mettant sur le devant de la scène un Vert.

Etienne H. BOYER a dit…

Ah, mais je n'ai fait que répéter ce que d'autres bouches m'ont dit, hein? Et encore, j'ai édulcoré...
Certains étaient moins sympa!

Moi je pense qu'Alkarkide offrait une réelle alternative de gauche, avec un programme sérieux qui abordait tous les sujets de la vie dans la cité. Le fait qu'il y ait une tête de liste Verte était en plus très audacieux. Et ça me convenait parfaitement.

Maintenant, il faut avouer que nous sommes partis sur le tard, et que nous avons galéré pour trouver les 23 colistiers, n'est-il pas?

Lurbeltz a dit…

Mieux vaut partir tard sur des idées nouvelles que partir tôt sur des idées d'avant le déluge.
De plus, le fait que nous soyons partis tôt ne nous a pas empêché de pondre un bon programme et d'avoir une équipe pas plus pourrie que les autres.