jeudi 1 mai 2008

Se taire, c'est laisser faire

Le 22 avril, nous, membres de la maison d'édition Gatuzain, avons appris fortuitement, que le compte de l'association était bloqué.
La banque dit ne pas pouvoir répondre à notre demande d'explications, n'avoir pas eu l'autorisation de nous avertir…
Nous ne disposons d'aucune information officielle quant à la nature de la procédure entamée.
Cette mesure est grave puisqu'elle entraine des problèmes au quotidien (impossibilité de payer nos fournisseurs, nos factures courantes, impossibilités de gérer les affaires courantes…), et cela est d'autant plus problématique que personne ne sait combien de temps cela peut durer: semaines, mois, années?
Grace au soutien inconditionnel de dizaine de militants, d'écrivains de nos lecteurs et de nombreux partenaires, Gatuzain se bat depuis 10 ans pour transmettre et se faire l'écho de l' histoire du Pays Basque, culturelle, syndicale,et politique, mais aussi celle de tout horizons et de tout pays.
Depuis 10 ans, nous avons fait le choix de publier des auteurs qui ont un message à transmettre, des passeurs de mémoire, des militants au quotidien qui par leurs écrits fournissent des outils de réflexion et d'action à notre lectorat. Cette mesure qui nous frappe aujourd'hui remet tout ce travail en cause.
Nous avons à faire à une procédure totalement arbitraire, qui bafoue des droits élémentaires telles que la liberté d'opinion, et la liberté d'expression.
Grâce à l'opportunité offerte par la décision du juge Garzon, la juge Laurence Levert a choisi une méthode d'illégalisation sournoise, la neutralisation de militants et d'associations.
Gatuzain, tout comme le mouvement associatif en général, culturel ou politique est fait de militants, vit grâce aux militants et avance grâce aux militants.
Aujourd'hui, c'est nous que cela concerne, mais demain?
Le militantisme est en danger.
Se taire, c'est laisser faire.

Apirilaren 22an, Gatuzain argitaletxeko kideek kasualitatez jakin ginuen elkartearen diru-kontua blokatua zela.
Bankuak dio ezin duela gure azalpen eskaerari erantzun, eta ez duela ukan gure abisatzeko baimenik … Ez dugu prozedura horri buruzko iñolako informazio ofizialik.
Neurri hori larria da, arazoak sortzen baititu egunerokotasunean ( gure ornitzaileak pagatzeko arazoak, ohiko fakturak, eguneroko gauzen kudeatzeko ezintasuna…) eta larritasuna handiagoa da, ez baitakigu zenbat iraun dezakeen egoera hunek: asteak hilabeteak, urteak?
Gatuzain, 10 urte hauetan borrakan dabil, Euskal Herriaren historia, bere kulturarena, sindikalgintzarena, mugimendu politikoarena ezagutarazteko, bai eta ere beste edozein herrirena. Borroka horretan, mugagabeko elkartasuna ekarri digute hamarnaka militante, irakurle, idazle ta partaideek.
Hamar urte hauetan, mezu bat pasarazi nahi duten idazle militanteen lana argitaratzeko hautua egin dugu, memoria hedatua izan dadin, gogoetarako eta ekintzarako tresnak eskainiz irakurlegoari. Jotzen gaituen neurri horrek lan guzi hori kolokan ezartzen du.
Jasaiten dugun prozedura hau arrunt arbitrarioa da, pentsaera askatasuna eta adierazpen askatasuna bezalako oinarrizko eskubideak zangopilatzen dituenak.
Levert epaileak, Garzon epaileak eskaini dion aukera baliatuz, ilegalizazio bide maltzurra hautatu du, militanteak eta elkarteak neutralizatuz.
Gatuzain, elkarte mugimendu osoa bezala, izan dadin kulturala edo politikoa, militanteen lanari esker bizi da, eta militanteen lanari esker aitzinatzen da.
Egun gu gira joak,

Copier Coller eta pasa arazi otoi... Mezu bat igortzeko: gatuzain@wanadoo.fr

7 commentaires:

Etienne H. a dit…

INADMISSIBLE! INTOLÉRABLE!

Et le prochain coup, ce sera qui? Toutes les assos qu'ont des noms à consonnances basques?
Astobelarra, Zinka, Euskobizia, Tokia, Hebentik, Astapito, Uztaro, Xiberoko Jauna Pastorala, Bil Xokoa, Xiberoko Botza, et même radio Mendililia? et la liste souletine n'est pas exhaustive...
Tous les grands régimes fascistes ont commencé par empêcher le peuple d'avoir accès à la culture. La culture, c'est ce qui permet au peuple de réfléchir, de se poser des questions, de se positionner.

J'ai lu quelques ouvrages édités par Gatuzain. Ils m'ont ouvert les yeux sur certaines choses importantes de la vie, que j'avais occultées du fait de mon éducation, de mes expériences...

Tout comme de nombreuses autres associations de promotion de la culture, de diffusion de la pensée humaine, Gatuzain mériterait une reconnaissance officielle, et un financement à vie du ministère de la culture...

jenofa a dit…

La photo est très certainement un montage mais j'ai des souvenirs de ma fille à l'âge de 5 ou 6 ans, dansant lors de manifs de Seaska à quelques mètres du même cordons d'"évènements en bleu marine". C'est d'une violence!

Lurbeltz a dit…

Dans quel pays a-t-on interdit un journal et illégalisé un parti politique ?
La Chine, la Corée du Nord ?
Et non c'est chez nous avec batasuna et le journal Egin.

Cyclotor a dit…

"Je comprends très bien que les Chinois n'aient pas envie de voir des drapeaux Tibétains sur le parcours de la flemme, c'est comme si j'allais en visite quelque part et qu'on mette des drapeaux Basques à toutes les fenêtres." - Nicolas Sarkozy.

Les fachos ont la main, vous l'avez dans le cul. Ce que je propose, c'est qu'on égorge tous nos parents avant d'aller voter dans 4 ans, ainsi on reprend le pouvoir. Après on aura plusqu'à vider les caisses de l'état qui sont déjà vides pour publier des bouquins subversifs ( au lieu de faire des cadeaux fiscaux aux entreprises avec l'argent qu'on a pas non plus mais quand on aime on ne compte pas).

Lurbeltz a dit…

C'est qui ce Nicolas pour dire une absurdité pareille ? C'est pas le chanteur des Truggle Plouze ? Quoi, vous connaissez pas les truggles ????
Ah ! Bon ! Moi non plus.
Bon j'arrête de déconnasser ; en effet, j'avais entendu ces propos ou plutôt lu dans le blog d'un pote.
Des fois, il ferait mieux de se taire Sarko le petit ?
A propos de bouquins subversifs, tu te verrais toi écrire quelque chose dans le cadre de notre collection "Humeurs & témoignages" ? Etienne et moi même on a sauté le pas, on a osé. En plus tu permettrai le financement de notre collection Litté-Nature et tu gagnerai pas un centime ?

jenofa a dit…

Euh---- s'il n'y avait que nos parents qui aient voté Sarko---- Et puis d'abord, mes parents, ils n'auraient certainement pas voté Sarko. Vains dieux, non!
J'ai bien peur que nos enfants (pas la mienne, hein, j'ai pas dit ça!) ne s'y soient mis aussi.
Comme ma fille (encore elle) le citait il y a deux jours, Jean Ferrat assure que c'est avec les jeunes imbéciles que l'on fait les vieux cons.

jenofa a dit…

Au fait, il est où, ce parcours de la "flemme"? C'est que ça m'intéresse, moi, ça!