mercredi 21 mai 2008

Diversité est une

Je suis en train d'inventorier la biodiversité qui niche dans mon coin de jardin. Voilà un truc qui me passionne de plus en plus. S'il y a bien un truc qu'on devrait apprendre à l'école, c'est bien le nom des arbres et des fleurs indigènes, et puis le nom des étoiles et des constellations. Je vais encore passer pour le poète de service. Ben ouaih ! Allez ! Pouet et repouet ! J'assume ! Même on peut m'appeler l'indien, le sioux ou autres apaches. Ici en Soule, être un indien, c'est presque une insulte lorsque certains élus s'énervent en postillonnant des : "on ne veut pas de la Soule qu'elle soit une réserve d'indiens". Sous-entendu, pas de racaille, pas de sauvage dans notre contrées, qu'ils soient d'herbe ou de sang. Et puis évidemment pas de drogués et pas de PD s'il vous plait, et puis pas d'ours dans les pyrénées, surtout pas des ours Slovènes ((a fortiori s'ils sont un peu racaille et PD). Tout bien propre quoi !
Mais revenons à la biodiversité. Ici on conspue facilement Natura 2000 et notamment on meprise les scientifiques du muséum d'histoire naturelle qui sont venus recenser notre richesse floresque et faunesque. Pourquoi ? Ben compte tenu du fait que les natifs, aujourd'hui, en connaissent beaucoup moins en la matière que les dits scientifiques étrangers. Compte tenu aussi du fait que les natifs, à quelques exceptions près, se foutent comme de leur première brosse à dent de la nature d'ici, notamment de tout ce qui n'a pas été planté par l'homme et qu'ils considèrent comme inutile. Et pour beaucoup de souletins, c'est une honte que de se faire donner des leçons de biodiversité par des étrangers. La haine contre Natura 2000 ne vient-elle pas de là ? Pourtant, il faut le dire, on a perdu notre âme, on est en train de gâcher beaucoup de choses. D'abord, en laissant disparaitre les ours, puis l'euskara, en ayant laissé disparaitre depuis longtemps les vieilles coutumes paiennes lorsque les Basques adoraient Iluna, Iguzkia et Mari et lorsque nos ancêtres savaient lire dans la terre et dans le ciel.
Aujourd'hui si les élus s'interessent à la nature c'est pour le profit qu'ils pourraient en retirer.
Fourrager mes naseaux dans toute cette nature qu'on appelle injustement mauvaise herbe, nuisible ou prédateur, ça me plait de plus en plus. Car j'ai envie de me réapropprier ce patrimoine qui relie comme un grand trait, l'euskara, l'ours, la chapelle de l'hôpital St Blaise, le pic d'Orhy et le grand chardon. Le patrimoine est indivisible et ceux qui le divisent se trompent, ceux qui le dissèquent le tuent. Diversité est une

13 commentaires:

pelotari a dit…

je sent que la france avance a tout sa.

Anonyme a dit…

Mais pourquoi bon sang terminer l’article par l’éloge d’une religion ancestrale disparue vouée à la lune, au soleil, à une déesse vivant dans une grotte ? Pourquoi cette apologie de superstitions débiles ? Quel mépris pour le savoir et la connaissance ! nos ancêtres savaient lire dans la terre et dans le ciel ? (et chasser aussi non ?, faire du feu avec des silex ? tuer l’ours ? ) oui sauf que maintenant nous on sait lire dans les livres, donc on connaît bien mieux la nature, sa complexité, sa diversité, son fonctionnement, …. La nature n’a jamais été aussi bien connue et maîtrisée (trop ?) que maintenant. Alors que l’écologie prétend s’appuyer sur la science, raisonner, expliquer, voilà que toi tu finis comme toujours dans la nostalgie d’un paradis perdu qui n’a jamais existé, dans l’obscurantisme, la religion, le « c’était mieux avant », « faisons confiance au bons sens de nos vieilles coutumes locales bien de chez nous », « à la sagesse de nos anciens », à l’obscurantisme, à l’ignorance, aux incas pour les sacrifices au soleil bientôt. Nom de Dieu !!!!!!

Anonyme a dit…

l'écologie ce n'est pas du mysticisme

sophie

jenofa a dit…

C'est quoi, alors?
Des rapports d'experts et des contre rapports d'experts?
On connaît mieux la nature!
De quoi se taper le coquillard par terre!

sophie a dit…

le logos de éco-logie signifie encore toujours sciences en grec non ? la science n'étant pas bien sûr la vérité, mais l'approche ce celle ci en réajustant en permanence nos modèles théoriques et en changeant de paradigme ens e remettant en question au fil de nos découvertes. connaître ne signifie pas respecter mais j'hallucine de lire chez un "vert" que l'on connaît moins la nature que nos aieux !!!!!!! et bien sur une nouvelle fois le mépris des experts, de la science et du savoir en général, au profit de la coutume, du on dit, des habitudes établies une fois pour toutes....à pleurer....

jenof@ a dit…

Non, pas un vert, une verte.
Oui, oui et oui et encore re oui, nous connaissons moins la nature que nos aieux. Nous connaissons des équations et des rapports mathématiques mais nous n'avons plus la moindre connaissance intuitive ni sensuelle, donc même plus poétique, c'est dire!.
Non, vous n'hallucinez pas du tout, vous faites de la provoc, j'en suis persuadée.
La coutume et le on dit, c'est la corrida, c'est la chasse et autres beauferies de service.
La science s'est laissée récupérer par la technique qui n'est que son trou du cul, comme le dit si bien Romain Gary.
Vous dites que l'écologie prétend s'appuyer sur la science. En vérité, l'écologie est une science : oikos et logos. C'est littéralement la science de "la maison", la niche écologique. C'est exactement la science du rapport entre les êtres vivants entre eux et avec leur milieu. A partir du mot qui définit cette science, des gens ont, depuis plusieurs décennies, combattu pour la défense de la nature et ce combat a revêtu des formes diverses, dont l'une est politique.
Il y a une philosophie écologiste, que cela vous plaise ou non.
Cette philosophie n'est pas la défense de l'environnement tel que le définit le Grenelle et qui pourrait très bien être la gestion des pétunias entre le supermarché et la centrale nucléaire.C'est la recherche d'une autre civilisation,d'un autre rapport avec le reste du monde vivant, qui ne saurait être contenue entre deux formules chimiques.
Où avez-vous vu du mysticisme dans ce qu'écrit Lurbeltz?
Je n'y vois que de la spiritualité.
Mais bien sur, si vous crachez sur la spiritualité, on en reste là.
Claude Lévi Strauss aura 100 en Novembre. Lisez le de son vivant.
Vous êtes l'anonyme numéro combien?

sophie a dit…

mais cela me plait beaucoup qu'il y ait une philosophie écologiste !
justement !
je dis juste que cette philosophie n'a rien a voir avec les dieux égyptiens du soleil, le dieu de la foudre, la position dictée par le grand sachem local pour danser prier mere nature pour que la recolte soit bonne. la philosophie c'est réfléchir, c'est le contraire de la religion, de la tradition, des coutumes, etc...
sophie hivert

sophie a dit…

je n'apprécie bien sûr que moyennement les thèses différentialistes de levi strauss. je suis universaliste

Lurbeltz a dit…

Je ne sais pas qui me disait, mais, l'agriculture biologique par exemple, c'est le mariage entre l'agriculture d'avant et celle de demain. Le mariage entre la tradition ancestrale intuitive et les apports scientifiques.
Je ne vois rien d'anti-science dans mon post !!! Au contraire, je flatte les scientifiques du museum d'histoire naturelle. Mais c'est vrai qu'il y a une propension, de la part de Mme Sophie ou Anonyme, à l'attaque systématique et gratuite pour contredire.
Pour ce qui est du paganisme, j'y reviendrait ultérieurement avec le livre que je suis en train de lire "Ours : histoire d'un roi déchu" qui raconte comment l'église a détrôné l'ours comme elle a mis à bas un certain rapport avec la nature, un certain rapport avec le ciel et la terre qui etait celui des hommes primitifs et qui n'était pas plus con que le nouveau testament, la communion ou la résurrection des corps.
En tant qu'artisan d'art, je sais bien qu'une pratique moderne est celle qui s'enracine sur les savoirs et perceptions ancestrales et qui s'appuie sur les découvertes scientiques modernes.

Kolova a dit…

oh moi je pense que l'écologie est forcément une communion avec la nature, la prise de conscience que nous faisons partie d'un tout, que nous appartenons à un ensemble, que nous ne sommes qu'un des fils de la trame de la vie.
Il y a forcément du mysticisme dans cette conception !
Je pense également qu'en France, nous avons oublié d'apprendre à nos enfants la nature proche qui nous entoure... ils en savent bien plus sur l'Elephant d'Afrique, le Tigre d'Asie, que sur l'Ecureuil du coin du bois ou le Merle du petit matin dans le pré d'à côté.

Et, Sophie, c'est une scientifique écologue (je crois que c'est comme ça qu'on le dit maintenant) qui te le dis ! ;o)

sophie a dit…

Vivement l'article sur le paganisme ! le mot paien est un terme chrétien qui signifie les religions et les cultes non chrétiens. Ce sont donc des religions comme les autres.
je suis inquiète par contre qu'un débat soit vécu comme une attaque. je n'attaque pas, je discute, j'échange, j'essaie d'affiner ma pensée, de réagir. une discussion ou tout le monde est d'accord ce n'est pas un débat, ce n'est pas la démocratie. même dans ma classe les échanges sont plus vifs. je crois naïvement sans doute à la discussion, à l'agumentation, aux idées en dehors de tout affect. je posterai en privé si cela énerve

Lurbeltz a dit…

Non pas d'inquiétude. Je suis très content que ce blog serve à débattre. Sinon, cela fait longtemps que j'aurais modéré le blog. Cependant, ça me parait bizarre parfois de me faire dire ce que je n'ai pas dit, notamment par exemple, quand vous dites, en parlant de moi, je crois, de : "mépris des experts, de la science et du savoir en général". Dans le post, je dis l'exact contraire.

sophie a dit…

c'etait le post de jenofa qui ironaisait sur expert et contre expert (puisque l'existence même d'un débat entre scientifique la gêne, alors que sa seule existence peut deja justifier et poser le probleme du principe de precaution)