samedi 9 février 2008

ALKARKIDE

En ce moment, c'est les élections municipales. Les rumeurs vont bon train, les attaques fusent... Voilà, nous y sommes !
Quant à moi, avec quelques potes des Verts, Abertzales, socialistes et autres, nous essayons de construire une liste de gauche, avec des volontés et des compétences autour du social, de l'écologie, du peuple basque, de sa langue, de sa culture en filigrane dans les moindres recoins du programme.
Une liste sans chef ! Car effectivement, nous sommes nombreux à penser qu'il y en a un peu marre des gourous, des tribuns. Il y en a un peu marre des maitres à penser qui, à Mauléon, ont ruiné la gauche depuis des décennies. Une liste où ce ne sont pas les partis politiques qui sont aux manoeuvres, sans avoir de craintes toutefois de parler de "Verts", de "socialistes" ou d'"Aberzale", sans avoir peur non plus de parler de la gauche et de la droite.
Aujourd'hui quelque chose de nouveau semble émerger avec ce projet de liste : Alkarkide.
Même si la liste n'arrivait pas à se monter, l'espoir viendra de là, après les élections.
Moi je voudrais faire un voeux, c'est-à-dire que ce groupe, quoi qu'il arrive, continue à se retrouver après les élections.

- COMMUNIQUÉ D’ALKARKIDE-SOLIDAIRES -
Dans la perspective des élections municipales des 9 et 16 mars prochains à Mauléon, force est de constater que le choix proposé, jusqu’ici, ne satisfait pas nombre d’électrices et électeurs. Un espace subsiste, où manque tout un panel de sensibilités et d’idées… C’est pourquoi, ALKARKIDE-SOLIDAIRES, groupe de réflexion, s’est constitué, composé de femmes et d’hommes issus de différentes orientations de gauche (notamment Socialistes, Verts et Abertzale…) et de personnes qui se reconnaissent dans des valeurs communes : développement social, identité culturelle, écologie… Toutes les personnes qui se retrouvent dans cette dynamique sont invitées à rejoindre le groupe, afin de participer au débat d’idées et à la construction du projet, samedi 9 février, à 19 heures, à la salle Ahüzki du Centre Multiservices de Mauléon. Soyez les bienvenu(e)s.

- « ALKARKIDE-SOLIDAIRES »-EN OHARPENA -
Dagün martxoaren 9 eta 16eko herriko haüteskundeeri bürüz, aitortü behar da, orain artino proposatü haütüa, ez dela bozkazale hanitxen gustüko aski. Zabalüne bat bada, non ideia eta ikusteko manera hanitx falta diren… Hortako, ALKARKIDE-SOLIDAIRES izena hartü düan talde bat biltzen da. Sozial garapenaz, gure nortarzünaz eta ekologiaz arrenküra diren exkerreko emazte eta gizon zonbait, gogozka lan baten egiteko, biltzen hasi dira (Sozialista, Berde edo Abertzale senditzen direnak eta beste…). Indar hontan beren bürüa senditzen direnak kümit dira taldean parte hartzera, ideien eztabadatzeko eta egingeiaren pikoan ezarteko, barantailaren 9an neskenegünean, 19:00 orenetan, Mauleko zerbütxügünean Ahüzki gelan. Ontsa jin.

6 commentaires:

Etienne H. a dit…

J'espère que ce n'est pas qu'un voeux, mais bien ce qu'il va arriver.
Je pense que si la gauche a un avenir, c'est par ce biais là,
Sachant que cette réunification ne gomme en rien les personnalités et les convictions de chacun, mais les transcende.

Enfin bon, je le dis pour moi, mais vivement que les élections soient finies, qu'on passe aux choses sérieuses!
;-)

Lurbeltz a dit…

Personnellement avec ça, je suis clair comme l'eau de Pixta.
Lorsque j'ai été élu avec Louis Labadot, nous avions fait l'association Union des Citoyens souletins (UCS), cela juste après les élections.
Nous avions fait 6 groupes de travail. Quelques mois après, seul le groupe "environnement" dont je m'occupait fonctionnait encore. J'avais dit à Labadot : "attention ! il est indispensable que cette association continue à vivre, parce qu'elle est un super outil de démocratie participative". Mais 1 an a peine après les élections, l'assoc UCS était morte. Autant vous dire que Labadot avait une responsabilité dans l'abandon de cette association.
J'allais voir ce cher Labadot et je lui dis : "Loulou, la démocratie participative, il faut y aller, c'est important". Il me répondit à l'époque : "Tu sais la démocratie participave, il faut avoir du temps, et du temps, je n'ai pas".
Aujourd'hui, à quelques semaines des élections, il axe sa campagne sur la "démocratie participative". Mais comment lui accorder du crédit ?
Bon en ce moment, on dit : "stop à la polémique ; c'est la gauche qui va en patir." En même temps, ben, il faut bien analyser le passé pour envisager l'avenir, non ?
Pour en revenir à Alkarkide, et bien c'est kif ! kif ! Quoi qu'il en soit, cette dynamique doit continuer et ne doit pas s'appuyer uniquement sur le suffrage universel pour envisager le futur.
La démocratie participative, ce qui est bien, c'est qu'on peut l'impulser d'en bas, du peuple. C'est ce qu'on appelle la démocratie ascendante.Il faut arriver à l'imposer aux élus. Je sais qu'au fond d'eux(les élus) ils en ont peur car plus de démocratie menace les égotistes qui jouent sur le pouvoir, les "compétences" jalousement gardées, les postes clés savamment préservés, de l'entrisme des citoyens dans les affaires.

jenofa a dit…

C'est drôle, votre truc là, ça me rappelle autre chose et quelqu'un d'autre.
Mais qui, vinzou, qui?
Allez, Lurbeltz, aide-moi, que diable!

Lurbeltz a dit…

Je crois voir ce que tu veux dire. Mais effectivement, c'est universel.
D'un côté tu as des gens qui ont une compétence et une volonté farouche de bouger et qui en même temps arrivent à débloquer du temps, d'un autre, tu as des gens qui ne suivent pas toujours, qui restent à la maison et qui ne veulent ou ne peuvent pas s'investir.
Entre ces deux catégories, il peut se créer des espaces morts et de l'incommunication et cela produit des clash, des décalages énormes avec notamment des individus qui commence à se sentir investis d'une mission individuelle, d'un pouvoir et d'une intelligence au dessus de la moyenne.

jenofa a dit…

Je crois surtout qu'il y a des gens qui ont la rage au coeur, comme Infrid Bétancourt, qui se battent jusqu'au bout, aux dépens de bien des éléments importants de leur vie.
Et puis il y a ceux qui font semblant et qui font trèèèèèèèèèèèès fooooooooort semblant et tripatouillent des petits arrangements avec leur petite vie et celle des autres pour se ranger tranquilos dans une case à l'abri du vent.
Personnellement, je préfère, et de très loin, ceux qui refusent d'entrer dans ce jeu de dupes et restent à la maison en n'ayant pas d'idéal sacro-saint, qui secontentent de ne pas emmerder leurs voisins, comme disait Brasssens.

2M a dit…

Complètement d'accord avec toi Jenofa.Dans la vie,il ya a :"les y a qu'a" et "les faut qu'on".
Et puis ceux qui s'investissent sans faire ni bruits ni histoires,j'espère que les membres d'"Alkarkide/Solidaire" font partis de ceux-çi.Après ces élections,nous sommes prêts à passer aux choses sérieuses.
A+2M