vendredi 28 décembre 2007

Vive la télé

Tiens, pour une fois, je vais défendre la téloche. Car il est de bon ton dans certains milieux artistico-gaucho-intello que je fréquente, de fustiger la petite lucarne.
Pour moi, les choses sont claires, la télé est un miroir de nous-mêmes individuellement ou collectivement.
La télé renvoie à nos propres faiblesses et elle est un miroir de notre crasse, de notre incapacité à la maitriser réellement mais surtout notre incapacité à NOUS maitriser. Parce que franchement, quoi qu'on en dise, c'est nous le chef de la téloche finalement. On n'est pas obligé de regarder les conneries, on peut regarder les trucs intelligents. On peut prendre le programme et surligner ce qu'on va regarder, et enregistrer si on est absent. Mais en général, devant la télé, c'est de nous mêmes que nous avons peur. Devant elle on devient des loques avachies. Contrairement au cinoche dont la lumière vient dernière nous, la lumière de la télé, on la prend en pleine poire, et quand on est fatigué, elle est là comme une maman en toc qui nous porte jusqu'au lit ensucé comme après une séance d'hypnose. Ce cas de figure, c'est quand on est mort. Car devant la télé, comme devant la vie, il faut être vivant, il faut être debout, il faut être résistant si on ne veut pas être baladé.
La télé c'est la vie. Pareil dans la vie, on a des choix à faire entre des trucs médiocres et des trucs qui élèvent la pensée et l'âme.
Dans la vie, on peut aller au Mc Do, où dans un restaurant végétarien. On peut aller voir le départ du Paris Dakar, où on peut aller au Louvre. On peut aller dans les bois avec un fusil ou un appareil photo.
Dans la vie aussi, il faut être vivant et debout pour ne pas prendre les grandes lumières de la consommation dans la tronche.
Souvent, ceux-là même qui crachent sur la téloche, crachent aussi sur la démocratie en disant qu'ils ne voteront jamais parce que le système est pourri, que tous les politiques sont corrompus, que les partis politique ne cherchent que leur pouvoir. Il faudrait foutre en l'air les antennes relais comme il faudrait foutre en l'air le suffrage universel. Ils n'osent pas regarder le monde en face et attendent le moment propice pour mettre leur monde à la place.
Dans la démocratie, c'est le peuple qui a voté sarkozy. Aux Etats-Unis, ils ont voté Bush et en Allemagne Hitler a été élu par le peuple endormi lorsque certains croyant voir de la lumière ne voyaient que leur propre ombre.
Dans la télé, c'est le peuple qui décide des programmes. Si si ! C'est dur à admettre mais c'est bien le même peuple qui vote non au referendum du TCE et qui vote ensuite Sarkozy (je dis ça à l'intention de les amis d'extrême gauche qui flattent le peuple comme une entité indivisible ; le peuple parci, le peuple par là !). Si le peuple regarde le foot à la télé, on lui mettra plus de foot. S'il regarde J-P Foucault, on lui mettra J-P Foucault. C'est marrant d'ailleurs cette propension chez une caste populiste de flatter le peuple quand ça l'arrange et de ne rien dire quand le peuple est une raclure immonde.
J'ai beaucoup regardé la télé dans mon enfance. Je suis un enfant de la télé en quelque sorte. Peut-être aurais-je été plus intelligent (certains diront que ce n'est pas difficile). mais je ne pense pas que cela ait érodé totalement mon libre arbitre ni mon esprit critique. En tous les cas, aujourd'hui je ne suis absolument pas "addicte" comme on dit , et je suis devant la télé, comme je suis devant la vie, c'est-à-dire, libre, normal, cherchant, résistant, pas plus con qu'un autre mais pas plus intelligent non plus.
Et puis, à tous ceux qui crachent sur la télé, n'oubliez pas la zapette où le bouton "éteindre" qui est aussi visible que le bouton des chaines.
La télé, personne n'est obligé de l'acheter comme c'est le cas aujourd'hui de certains instruments comme la bagnole qui est quasi obligatoire pour une bonne partie de la population.
C'est curieux aussi de voir qu'on ne fait pas la même critique à l'ordinateur. Il y a des intellos qui fustigent la télé, mais qui vous répondent néammoins pas le net. Comme si sur internet, on ne trouvait pas les choses les plus abjectes que même la télé n'a pas connaissance. Comme s'il n'y avait pas autant de raisons d'être addicte de l'ordinateur.
Après ça, je ne suis pas un technophile. Je n'ai pas de téléphone portable mais j'ai un ordi, car pour mon entreprise, internet est un plus. Si demain il n'y a plus d'entreprise, ni d'internet, ni de télévision, ni de bagnole, je vous rassure, je saurais utiliser mon temps. Comme disait Boris Vian"Il suffit que j'aime Un brin d'herbe mince Une goutte de rosée Un grillon de bois " .

7 commentaires:

Etienne H. a dit…

Tu exagères un chouillat Laurent : mater la télé, c'est passif, tandis qu'aller sur Internet, c'est de l'ordre de l'actif, voire de l'interactif. Ce n'est pas le même cheminement.
Avec Internet, tu vas à la recherche de ta culture, avec la télé, c'est l'inculture qui s'impose à toi.
Avec Internet, tu as un choix incalculable d'armes. Avec la télé (normale, les 6 chaînes quoi), on t'impose un programme médiocre et ciblé qui est souvent identique sur plusieurs chaînes, ou rediffusé Xfois.
La télé, pour moi, c'est un phénoménal outil de manipulation des masses, tout comme la religion a été "l'opium du peuple" pour Karl Marx.
Je pense que c'est en partie à cause de la bénie télé (qui montre ce que certains dirigeants veulent bien montrer) que Sarkozy a été élu par le peuple. Donc la télé est tout sauf un outil démocratique. C'est un outil aliénant et abrutissant, esclavagisant, et baiseur d'innocents. CQFD

jenofa a dit…

D'accord avec toi, Etienne, et + que ça encore.
J'ai déjà un peu répondu à Lurbeltz sur ce sujet, à l'occasion d'un commentaire sur un article de mon blog dénonçant le projet de chaîne téloche pour créer des bébés téléphages consommateurs abrutis.
Je ne pensais pas l'avoir convaincu, mais là, toudmeme---je vois qu'il mélange vraiment tout, tout et tout.
Lurbeltz, tu ne crois pas qu'il y a d'autres causes auxquelles se dévouer que celle de cette machine à niveler, décerveler, tirer vers le bas? Tu la crois menacée ou quoi? Faut créer une asso de défense?
Ben oui, on peut choisir, mais un bambinou du fin fond de de la campagne que l'on colle devant les dessins animés archi nuls le matin pendant qu'aita et ama sont à la bergerie, ou bien---même scène---mais en ville, pendant que papa et maman se font beaux pour aller au bureau, il le fait comment son choix???????????????
Allez, réveille-toi, que diable!

Bon, après----internet, faut pas non plus en faire une idole. Pour moi, ce n'est qu'un pis aller et s'il disparaît demain avec toute la merde technologique planétaire, j'organiserai un grand feu de joie.
Et je rejoindrai Boris dans son amour de l'oiseau peureux.
De concert avec lui, j'irai cracher sur bien des tombes.

Lurbeltz a dit…

Non la télé je la regarde mais j'en fait pas une idole. Seulement Etienne, je ne suis pas d'accord avec toi notamment avec cette différence que tu fais entre la télé et internet. Pour l'instant, si les beauf utilisent moins internet, c'est uniquement parce que c'est un peu plus complexe.Mais demain, tu verras.
Déjà, regarde tous ces gosses intoxiqués par les jeux en réseaux et les suicides qui vont avec, les pedophiles qui utilisent internet et pas la télé pour ficeler leur réseau, les enfants peuvent aller comme qui rigole sur des sites pornographiques, et ultra-violents.
La télé est "un outil aliénant et abrutissant, esclavagisant, et baiseur d'innocents" uniquement lorsque tu es son valet servile.
Tiens il y a quelques jours il y avait une émission à 20h30 sur les petits éleveurs qui crèvent sous le joug des multinationales et les gros fabriquant de fromage. C'est Dany, la copine de Francis Poineau qui m'a envoyé cette info... Un syndicaliste. Je m'en serai voulu de manquer cette émission qui m'a bien renseignée qui m'a élevé l'esprit et qui m'a fait comprendre bien des choses.
Il faut arrêter d'infantiler le peuple.

jenofa a dit…

Oui, Laurent, mais on tourne en rond.
On peut utiliser la télé sans être son valet servile mais moi, des gens comme ça, je n'en rencontre pas à tous les coins de rue.
Si tu discutes avec quelqu'un qui tient un magasin d'électroménager, il te dira que la plus grosse angoissse des clients, c'est plus souvent quand la télé est en panne que lorsqu'il s'agit du lave-linge.
C'est un peu l'histoire du chasseur qui, lui, au contraire de tous les autres chasseurs, se conduit de manière correcte, sort pour promener le chien, prend le fusil mais ne tire jamais sur quoi que ce soit, ne laisse jamais une cannette derrière lui.
Les chasseurs, quand ils me parlent, ils sont tous comme ça. N'empêche que sur le terrain, on n'en rencontre pas des gens, comme ça!
Et puis, tu sais, l'exemple d'une émission par ci par là qui est intéressante, c'est tout simplement l'exception qui de ci de là, confirme la règle.
Vu le mal qu'elle fait depuis des décennies, la téloche, avec en particulier les modes de vie de consommation qu'elle a incrustés petit à petit dans les esprits, elle peut bien, de temps à autres, faire un peu intelligente, libre et rebelle. Ca ne lui mange pas de pain!
Si ça tombe, juste après ton émission, il ya avait une pub pour une grossse fromagerie industrielle, avec un berger en houpelande et le béret sur la tête, marchand derrière son brave toutou, le tout au son des sonnailles. Non, Ah, bon, ils n'y ont pas pensé, alors. Ce sera pour la prochaine fois.
Tiens, je viens de retrover quelques lignes de Marguerite Yourcenar. C'était dans le cadre d'un entretien avec Mathieu Galey. Me souviens plus trop de l'année. Ce devait être deuxième moité des seventies:
" Je n'ai pas la télévision. Je n'ai pas besoin de gens qui arrivent à heure fixe chez moi comme des colporteurs qui viendraient proposer leurs marchandises ou essayer d'insinuer en moi les opinions qu'on leur a dit d'exprimer. Avez-vous vu 1984, d'Orwell, avec son monde de la télévision obligatoire? Nous en sommes quasiment là".
Etienne doit le savoir, quand on dit dans un groupe de personnes que l'on n'a pas la télé ou qu'on ne la regarde que quelques heures tous les trois mois (uniquement pour les polars, mon péché mignon) comme c'est mon cas, on a vite fait de sentir se poser sur soi les regards réprobateurs. On se sentirait rapidement fautif, voire même coupable.
Pardon de radoter mais lisez vite "La société du spectacle" de Debord.
En tous cas, les personnes que je connais qui n'ont pas la télé ne me paraissent nullement plus molles du bulbe que la moyenne des autres, bien au contraire!

Lurbeltz a dit…

Je ne suis pas pour mettre la télé au pinacle. Mais je ne suis pas non plus pour qu'on en fasse cette horreur que certains décrivent. Internet et la télé, c'est pareil, il y a des trucs médiocres dans les deux et dans les deux on a le choix.
Chez moi, le soir, on joue, on fait des petits spectacles et parfois on regarde la télé. Et, s'il vous plait on est pas des abrutis.
mais ce qui m'étonne le plus dans vos arguments c'est de voir comment vous passez facilement sur le phenomène internet. Quand Etienne dit que Internet c'est actif, voire intéractif, que l'on va à la recherche de la culture... J'ai des doutes. Je pense que quelqu'un qui cherche la culture, il cherchera la culture où elle existe. Quelqu'un qui a des problèmes, qui est faible ou d'une intelligence perverse il utilisera très bien internet pour faire le con car il y a beaucoup + de possibilités pour cela sur le net.
Moi ce qui me fait marrer c'était de lire certains commentaires (Jenofa je pense à C... le fils de qui tu sais, de qui tu m'as envoyé le commentaire) me faire la leçon sur la technique qui nous brime et le mec envoyer le commentaire par internet... Non il faut faire gaffe aux contradictions. Moi je sais bien que si je veux faire le révolutionnaire attardé, le gauchiste converti, l'écolo pur et dur anti-technologie, il faut que je mesure les limites de la crédibilité de mon discours, ou du moins que je le mette en face de mes actes.
Eh ! Jenofa ! la pub, tu ne l'as pas vu sur internet ?????
Tu cites Yourcenar ; :"Je n'ai pas besoin de gens qui arrivent à heure fixe chez moi ". Mais justement c'est pas les gens dans la télé qui viennent à heure fixe, c'est les gens qui regardent la télé qui la regardent à heure fixe. Et je reviens à ce que je disais au début, le problème, c'est surtout ceux qui regardent qui ne savent pas regarder parce qu'ils ne sont pas assez sur de leur force de résistance. Exactement comme le jeune qui joue en réseau sur "World of Warcraft " et qui finit par se jeter de la fenêtre : (voir ce site internet).
et aussi celui-ci : http://www.01net.com/editorial/298974/hospitalises-pour-addiction-aux-jeux-en-ligne/

jenofa a dit…

Non, non, il n'y a pas contradiction.
Pour mon usage perso, jamais de chez jamais je ne roulerai sur une autoroute. Plutôt mourir ici tout de suite.
Mais il m'arrive d'aller en covoiturage à Plymouth les Bains manifester contre une autoroute. Moi-même, même pour cette cause, si j'étais dans ma propre bagnole , je ne roulerais pas là-dessus mais c'est une autre personne qui conduit.Et je suis alors dans une voiture qui va rouler sur une autoroute pour aller en empêcher une autre.
Il ne s'agit pas d'une contradiction mais d'une adaptation au plus près aux réalités du moment afin d'être le ou la plus efficace possible dans la lutte.
La personne dont tu parles a été contrainte et forcée dans le cadre de son travail, de se mettre à l'ordi. De lui-même, il n'envoie pas de courriels. Il ne fait que répondre à ceux qu'on lui envoie et il s'avère que je lui en envoie beaucoup.
Je trouve curieux cet acharnement à prendre fait et cause pour une télé que, 10 000 fois hélas, je ne vois nullement menacée autour de moi.
On ne se réunit plus autour du foyer mais autour de la téloche, même si par ailleurs, elle trône dans chaque pièce, voire dans les chiottes (je n'invente rien). Quand quelqu'un parle fort, un autre, pendant le repas, monte le son. Je connais des gens qui t'invitent à manger et laissent la télé allumée en la regardant tout le temps. Je connais même quelqu'un (milieu écolo!!!!!!!!!!!!!) qui met un casque pendant un repas où il y a des invités, pour entendre, sans déranger les conversations!
Franchement, je me demande d'où te vient cette vertueuse indignation.
Il me semble qu'il existe des luttes à mener de manière plus urgente.
Tiens, à propos. Moi, tu sais, les nouveautés techniques---Je ne suis pas Gioniste pour rien--- Mais bon, comme dit plus haut, j'essaye de m'adapter au mieux pour faire avancer le combat en faisant tout pour y perdre le minimum de plumes. Alors, je répète qu'internet, pour moi, c'est un outil, rien d'autre. Et que demain, si on arrête tout comme dans l'An o1 de mon cher Gébé, je ne paniqiuerai pas du tout de retourner à la bougie, bien au contraire.
Alors, quand tu répètes à Etienne qu'au lieu de s'attaquer à la télé, ferait mieux de critiquer internet, je suis surprise. Parce que, oui, bien sur, il y a des dérives internet, des dangers certains, des merdes ignobles. C'est certain. Je ne pense pas qu'Etienne prétende le contraire. Mais quand tu nous tiens ce discours, tu me fais penser aux ceusses que toi et moi n'arrêtons pas de vilipender et qui nous sortent sans cesse des "Au lieu de vous occuper de----, vous feriez mieux de vous occuper de-----", phrase déclinable à l'infini.
Bon, écoute, Lurbeltz, tu sais à quel point on t'aime. Nul ne te nie le droit de regarder la télé mais de grâce, arrête de faire comme mon voisin qui ne cesse chercher à me convaincre que je devrais me mettre à chasser pour savoir de quoi je parle.
Hein? Ce serait sympa de ta part.

Lurbeltz a dit…

Bon allez, j'ai sans doute forcé un peu le trait par soucis de provocation. Je sais bien que la télé en général est une grosse daube. Par contre, tous ceux qui ont la télé ne sont pas des crétins. Sinon, je suis obligé de battre la coulpe alors que je ne me sens pas un damné de la téloche. Dans vos messages on pressent un peu l'amalgame et tout est un peu excessif dans votre diatribe. Je suis le premier à fustiger la téloche mais je souhaite qu'elle change, comme je souhaite que change la société. En fait, c'est peut-être là ma limite en matière d'attaque à l'endroit des "peupleux". Tiens ! Vous vous souvenez, j'avais écrit pamphlet terrible contre le peuple ("Le peuple ou les peupleux ?" : j'ai choisi de ne pas le mettre dans mon livre. Parce que je pense qu'à un moment donné, il faut avoir confiance en lui, confiance au changement, penser que les choses peuvent changer... Et si le peuple change, la télé change. On peut imaginer aussi des "télés libres" et associatives, comme les radios libres, on peut imaginer des programmes qui viennent du peuple. Mais on peut aussi ne rien imaginer, fustiger la télé, et avoir une attitude nihiliste comme vous l'exprimez, ce qui est nettement plus confortable surtout que c'est l'apanage de l'intelligentsia d'extrême gauche.
Une attitude politique responsable c'est de changer ce qui existe, de le transformer.
Eh ! Jenofa, on est toujours contraint et forcé à faire quelque chose. Toi tu es forcé à avoir une bagnole, Mr C est forcé d'aller un peu sur le net pour des raisons professionelle, Etienne est un peu forcé de faire le père noel ... Quoi qu'on en dise on est dans la contradiction obligatoirement. Tiens ! Vu aux infos cet aprem ces gosses qui se font draguer sur internet par des adultes qui se font passer pour des mômes !
Moi je regardes parfois la télé, avec parcimonie et je ne suis pas un abruti, merde !S'il vous plait !